fbpx

Un cadre financier prudent et rigoureux pour Québec 21

Québec, le 5 novembre 2021 – Au 50e jour de la campagne électorale, après avoir pris près d’une soixantaine d’engagements sur des sujets qui touchent la sphère municipale sous tous ses angles, Québec 21 dévoile aujourd’hui le cadre financier autour duquel s’articule les engagements qui ont un impact financier, que ce soit au budget de fonctionnement de la Ville de Québec ou au Plan d’investissement quinquennal.

La formation politique dirigée par Jean-François Gosselin annonce donc aujourd’hui que pendant la campagne électorale, les engagements pris par le parti totalisent 173,9M$. De cette somme, 109,8M$ feront partie du Plan d’investissement quinquennal de la Ville de Québec alors que les 64,1M$ restants seront puisés à même le budget de fonctionnement de la Ville de Québec. Rappelons que le projet structurant de transport en commun bénéficie d’une enveloppe budgétaire incluse à l’intérieur du Plan d’investissement quinquennal. Le projet de métro léger VALSE ne nécessite donc pas la création d’une enveloppe supplémentaire.

C’est donc dire que les engagements d’investissements représentent 63,1% du cadre financier présenté aujourd’hui.

Mentionnons aussi que sur la totalité des engagements financiers annoncés, près du deux tiers de ceux-ci, soit 114,6M$ ou 65,9%, sont dévolus aux sports, aux loisirs et à la vie communautaire, réitérant notre volonté de faire de Québec la ville qui bouge le plus au pays.

En moyenne, l’impact sur le budget de fonctionnement des engagements pris par Québec 21 est de 16M$ de dollars par année, soit près d’un 1% du budget de fonctionnement total de la Ville de Québec.

La formation politique chiffre donc clairement l’impact de ses engagements pour le premier mandat d’une administration Gosselin, tout en restant fidèle à une valeur cardinale du parti, soit la saine gestion des deniers publics.

« Nos engagements pris avec la population de Québec sont réalistes, raisonnables et prudents. Nous avons pris des engagements réfléchis qui sont en adéquation avec les besoins des citoyens de Québec » a déclaré le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, soulignant au passage que la rigueur budgétaire fait partie de l’ADN de sa formation politique depuis sa création en 2017.

Québec 21 rappelle également que lors de la planification des projets, différents engagements pourront éventuellement faire l’objet de subventions des autres paliers gouvernementaux, venant réduire la pression sur les dépenses provenant de la municipalité. Par exemple, les patinoires extérieures réfrigérées couvertes, les installations aquatiques et le centre récréatif pour les aînés pourraient faire l’objet de subventions gouvernementales. Une administration Gosselin ira tout de même de l’avant même si les subventions ne sont pas au rendez-vous, alors que les dépenses seront planifiées au Plan d’investissement quinquennal.

Du côté des dépenses qui seront imputées au budget de fonctionnement, Jean-François Gosselin a rappelé que depuis 2011, c’est en moyenne de 2,7% que les revenus augmentent à chaque année lors du dépôt des budgets. En utilisant cette hypothèse financière, cela ferait en sorte que pour 2022, ce serait 42M$ de dollars supplémentaires qui seraient inscrits au budget de l’an prochain. Notons que Québec 21, en proposant un gel de taxes en 2022 et 2023, renonce à 15M$ de dollars supplémentaires de revenus lors de ces deux années budgétaires, ce qui permet d’anticiper une hausse des revenus de 27M$ pour le budget 2022.

« Comme chaque administration publique, nous aurons des choix à faire et des décisions à prendre par rapport au budget. Cependant, nous sommes fermes : les citoyens de Québec auront un gel de taxes en 2022 et en 2023 » ajoute Jean-François Gosselin, réitérant son engagement phare en matière de finances publiques pour donner de l’oxygène aux résidents et commerçants de Québec.

« Alors que nos adversaires ont annoncé des cadres financiers dépensiers qui passent impérativement par des hausses de taxes, Québec 21 peut regarder chaque citoyen de Québec dans les yeux en leur disant que leur argent sera géré avec parcimonie. Jamais nous n’oublierons que chaque dollar que la municipalité administre est un dollar gagné par quelqu’un d’autre. Nous sommes fiduciaires de l’argent public et nous serons rigoureux dès notre entrée en poste », a conclu Jean-François Gosselin en se disant particulièrement fier de son cadre financier et des engagements pris par son parti.