fbpx

Négociations sur le trajet du tramway : le maire Labeaume acceptera-t-il de faire une pause?

Québec, le 18 janvier 2021 – Avec la crise de la COVID-19 qui secoue et fragilise la population, le chef de l’Opposition officielle demande au maire de suspendre et d’attendre un contexte plus favorable aux débats et aux échanges, au lieu d’essayer de s’entendre en catimini avec le ministre des Transports sur le nouveau tracé du tramway de Québec. 

Jean-Francois Gosselin s’inquiète des intentions du maire de Québec qui ne veut pas parler publiquement de ses négociations en coulisse lors de points de presse, mais qui s’exclame haut et fort publiquement en disant que le dossier du tramway doit être réglé avant l’élection, que ce n’est pas une bonne idée d’en faire un enjeu électoral, en plus de lier tout ça à son avenir politique.

« Le maire Labeaume profite de la crise et fait de la politique sur le dos des citoyens de Québec. Il devrait penser à leurs véritables intérêts au lieu de vouloir servir les siens. Ce n’est pas 8 mois de plus qui va empêcher le projet d’avoir lieu, bien au contraire, cette courte pause permettra d’aller de l’avant avec un projet qui aura été approuvé par la population et où plus personne ne pourra s’opposer, peu importe le parti au pouvoir », a expliqué le chef de l’Opposition officielle.

Monsieur Gosselin désire avertir le maire que s’il décidait de se présenter à la prochaine élection municipale, ce ne sera pas Régis Labeaume qui dictera ou qui décidera des enjeux qui seront débattus et sur lesquels les électeurs se prononceront.

Lettre au gouvernement caquiste

À Québec, la relance économique passera notamment par plusieurs projets majeurs, tels que la mise en chantier du tunnel Québec-Lévis, de même que par le choix d’un projet pour bonifier le transport collectif régional. La population de Québec n’a jamais pu se positionner sur l’avenir qu’elle souhaite pour le transport en commun à Québec étant donné le flou entretenu par le maire au pouvoir lors de la dernière élection municipale en novembre 2017. 

Jean-François Gosselin a senti le besoin d’adresser une lettre au premier ministre François Legault, à la vice-première ministre et ministre responsable de la Capitale-Nationale, au ministre des Transports François Bonnardel et à tous les députés caquistes de la région de Québec.

« Je ne suis pas le seul à éprouver un grand malaise à ce que le gouvernement s’entende rapidement sur la forme d’un projet de transport collectif au terme de discussions à huis clos avec la mairie de Québec. J’ai écrit au premier ministre, afin de lui demander de laisser la population décider de son avenir en matière de transport collectif pour les prochaines décennies, en acceptant que la population s’exprime sur la question lors des élections municipales », a déclaré Jean-François Gosselin. 

Québec 21, espère et demande à ce que rien ne soit précipité dans ce dossier. « Il serait démocratique que tous les partis politiques municipaux puissent présenter clairement à la population, leur vision du transport collectif pour les prochaines décennies, ensuite, les citoyens pourront choisir de donner le mandat au parti qui aura le projet qui répond le plus à leurs besoins », a conclu monsieur Gosselin.