fbpx

L’Opposition officielle exige une plus grande transparence

Rencontres citoyennes concernant le réseau structurant…

Québec, le 10 juin 2020 – L’Opposition officielle à l’hôtel de ville de Québec déplore le manque de transparence de l’administration Labeaume dans le cadre des rencontres citoyennes qui se tiennent actuellement. Pour l’instant, seuls les citoyens du secteur visé, sont convoqués à ces rencontres, qui font notamment état des impacts du projet sur leur milieu.

« Ce n’est pas normal que nous ne sachions pas quand, ni qui sont rencontrés concernant le projet de tramway. Quelques citoyens du Vieux-Limoilou ont eu une rencontre d’information mardi soir et personne, en dehors des citoyens visés, ne pouvaient le savoir. Ce n’est pas ça être transparent.  Encore une fois, Régis Labeaume ne respecte pas ce qu’il avait lui-même promis à la fin de 2019, c’est-à-dire de mieux communiquer. Plusieurs rencontres se sont tenues dans les dernières semaines avec des petits groupes de citoyens, sans que l’on sache ce qui s’est dit. Cette façon de faire nous empêche de faire notre travail, de même que pour la presse qui ne peut rapporter l’information au public. » souligne le chef de l’Opposition officielle, Jean-François Gosselin.

Le chef de Québec 21 demande que l’agenda des prochaines rencontres soit accessible sur le site du réseau structurant afin que tous les citoyens, les groupes ou les organismes puissent avoir l’information qu’ils jugent nécessaire, et qu’ils puissent prendre part à l’une ou l’autre de ces rencontres, s’ils le désirent. Les élus souhaitent également que des comptes rendus de ces séances soient publiés rapidement sur le site web.

« À titre d’exemple, si un citoyen de Charlesbourg souhaitait représenter ses parents plus âgés qui sont moins à l’aise avec les technologies, et qu’il n’avait pas été averti par ces derniers pour une raison quelconque, il a donc raté une belle occasion d’en savoir plus sur un projet qui va l’impacter directement, lui ou ses proches. Il faut que l’information soit disponible et que les rencontres soient accessibles à tous. Je n’ai pas besoin de rappeler que les investissements publics pour ce projet sont colossaux et tout individu qui se sent interpellé doit pouvoir assister à ces rencontres. De l’information extrêmement pertinente est transmise et les préoccupations de la population doivent pouvoir être entendues. C’est encore plus vrai avec le report des comités de bon voisinage à l’automne et la tenue du BAPE en plein été. » conclut monsieur Gosselin.

Une demande officielle a été transmise, par courriel, à l’administration Labeaume, à la direction générale de la Ville de Québec, de même qu’au directeur du Bureau de projet, plus tôt aujourd’hui.