fbpx

Budget de la Ville de Québec : Québec 21 promet un gel de taxes pour les deux premières années de son mandat plutôt que l’inflation tel que prévu par l’administration Labeaume

Québec, le 24 novembre 2020 – Alors que les élus débutent l’étude du budget pour l’année 2021, le chef de Québec 21 et de l’Opposition officielle à l’hôtel de ville, Jean-François Gosselin, annonce aux citoyens de Québec que le gel de taxes résidentiel et commercial sera maintenu pour les années 2022 ainsi que 2023 sous son administration. Le budget actuel déposé lundi par le maire de Québec prévoit pour ces années une augmentation suivant l’inflation.

« L’idée est tellement appréciée qu’il faut la prolonger, déclare d’entrée de jeu monsieur Gosselin. Les citoyens de Québec ont fait beaucoup plus que leur part dans les dernières années. J’entends régulièrement que les taxes sont élevées à Québec et je crois qu’il faut lancer un message clair à la population afin qu’elle sache que nous ferons notre bout de chemin. C’est le genre de sacrifice que mon administration fera pour soulager les contribuables, alors que nous subirons possiblement encore les contrecoups de la pandémie ».

« Il s’agit d’un engagement ferme pour notre formation politique et nous espérons qu’il sera possible de le concrétiser dès le prochain budget. » d’ajouter le chef de l’Opposition officielle.

Un manque de rigueur pour rembourser la dette nette

Un document produit en mai 2013 par l’administration municipale prévoit que le montant de la dette nette devait atteindre 1 435,4G$ en 2021. Or, les prévisions annoncées hier par le maire de Québec portent plutôt le montant à 1 553,5G$, soit une différence négative de 118M$. L’Opposition officielle déplore que le remboursement de la dette nette ne se fasse pas au rythme prévu à la suite de la mise en place du cadre financier de la Ville de Québec.

« Je me questionne sur la pertinence de ces prévisions, qui sont modulées année après année. Si nous avions respecté nos objectifs de 2015, nous aurions remboursé 247M$ sur la dette nette à ce jour. Le maire n’a pas respecté ses propres prévisions. Quelle est la valeur de ces objectifs s’ils varient d’une année à l’autre ? Le maire de Québec doit être plus rigoureux et resserrer ses dépenses pour être en mesure de réaliser ce qu’il avait établi dans son propre cadre financier en 2013. » conclut Jean-François Gosselin.